APPEL À COMMUNICATIONS : LA DYNAMIQUE ET LE POTENTIEL DE L'ÉDITION DES REVUES SCOLARISÉES CANADIENNES

DEMANDE DE PAPIERS

Aux : Rédacteurs en chef et rédacteurs en chef des revues savantes canadiennes

De : Rowland Lorimer, rédacteur en chef, Communications savantes et de recherche (SRC)

Objet : La dynamique et le potentiel de l'édition de revues savantes canadiennes

La communication savante et de recherche recherche des analyses sur la façon dont les éditeurs de revues maximisent ou pourraient maximiser la contribution de leur revue à la recherche canadienne en construisant, en maintenant et en célébrant la reconnaissance des communautés de recherche canadiennes. Ce qui suit fournit le contexte.

L'édition de revues dans le monde est en transition, par exemple, Plan S, Sci-Hub, les éditeurs prédateurs et les nouvelles entreprises telles que Dimensions et ResearchGate. Les commentaires continus dans d'autres pays par des consultants bien informés et des éditeurs établis et certains bibliothécaires fournissent des idées saillantes. À savoir : les prépublications accessibles au public, combinées à la promotion sur les réseaux sociaux, peuvent compromettre l'autorité de l'examen complet par les pairs et l'adoption traditionnelle des résultats par les communautés de recherche.

Pendant ce temps, les revues canadiennes continuent de faire avancer la recherche - à partir de bassins relativement calmes, dont les écosystèmes sont rafraîchis, reformés, sapés et parfois effacés par les marées du changement.

Il y a peu de discours canadiens qui traitent du rôle et du potentiel de l'édition de revues. C'est peut-être parce que

Préserver la vie d'un journal peut être une telle lutte ;
Les rédactions de revues passent, dans de nombreux cas, des nominations de trois ans qui peuvent être sous-évaluées par les comités de titularisation et de promotion ;
Le Canada manque d'une association nationale de revues dynamique dirigée par tous les plus grands groupes de revues canadiens prêts à partager leur expertise et à renforcer le secteur;
Il y a une acceptation tacite de l'exploitation endémique des (le plus souvent) étudiantes diplômées qui copient de petites revues à travers le pays sans reconnaissance professionnelle, ou remplissent d'autres fonctions telles que la lisibilité basée sur la conception et l'innovation qui ne sont pas mentionnées ; et,
Les opérations continues des revues sont menacées par un engagement des trois Conseils envers le libre accès qui néglige les évaluations financières des revues canadiennes et ne reconnaît pas toutes les catégories de travaux de revues, y compris le mentorat, la formation continue et le développement professionnel parallèlement à la légion d'opportunités dans le travail universitaire et de bibliothèque. .
Quels que soient les facteurs, le potentiel très considérable de l'édition de revues savantes canadiennes pour servir et améliorer la recherche canadienne demeure méconnu, tout comme les contributions nombreuses et variées aux revues faites par les universités, les départements, les groupes de recherche et les particuliers.

Action et délais :

Renseignements : En tout temps à lorimer@sfu.ca

Soumission du résumé : 31 mars 2022

Soumission de l'article : 31 août 2022

Scholarly Lite is a free theme, contributed to the Drupal Community by More than Themes.